Il ne se passe plus rien...


Dany : Depuis quelques séances, j'ai l'impression qu'il ne passe plus rien, que je n'avance pas. Le travail du Son du Corps, c'est rentrer dans une habitude. Se permettre de sentir des choses inconnues jusque là. Bien sûr, au début, il y a le choc de la découverte. Ensuite, les sensations deviennent presque banales. Et heureusement car cela signifie que des automatismes se créent. C'est le début du vrai travail, souterrain celui-ci, qui va transformer notre être. Je ne crois pas qu'une séance puisse être extra-ordinaire à chaque fois. La vie est faite de moments ordinaires traversés ponctuellement par quelques éclairs qui semblent extraordinaires parce qu'ils sont porteurs d'un changement : des portes s'ouvrent et nous donnent accès à une nouvelle sensation, une nouvelle disposition de nous-même. Mais cela n'a de sens que si, par ailleurs, nous continuons à évoluer dans l'espace de notre maison. Nous ne pouvons pas passer notre temps à changer de pièce. Nous devons accomplir le quotidien et laisser grandir en nous ce qui doit grandir. Le Son du Corps nous guide vers des prises de conscience qui se révêlent plus ou moins importantes, plus ou moins bouleversantes. Quoiqu'il en soit, il faut laisser le temps au temps, laisser mûrir en nous ce processus que l'ouverture de certaines portes a déclenché. Abordons la séance du Son du Corps avec simplicité et sans aucune attente. Au fond de nous, une sagesse naturelle sait ce qu'il faut faire au moment opportun. Faisons-lui confiance et hâtons-nous lentement... vers une destination qu'il est d'ailleurs difficile de se représenter clairement. D'autant plus que cheminer est aussi important que toucher au but.


93 vues